La chasse selon les principes islamiques

La chasse selon les principes islamiques

Il est permis de chasser les animaux et oiseaux dont la chair est licite, animaux qu’on n’arrive pas à attraper ou maîtriser dans le but de les égorger et rendre ainsi leur consommation licite à l’exemple des différentes espèces d’oiseaux qui vivent dans les campagnes et les étendues désertiques, autres que les oiseaux carnassiers, à l’exemple aussi des gazelles, des lapins sauvages et ainsi de suite.

La chasse doit respecter des conditions, notamment :

  1. Que le chasseur soit doué de discernement, que son objectif soit réellement la chasse [pour se nourrir] et qu’il soit musulman ou membre des gens du livre car ce qui est chassé par un athée ou un fou n’est pas permis.
  2. Que l’animal soit de ceux que l’on n’arrive pas à égorger à cause de leur instinct de fuite et leur éloignement. Si ce sont des animaux qu’on peut égorger comme la volaille, les moutons et les bovins, il n’est pas permis de les chasser.
  3. Que l’outil utilisé [pour chasser] tue avec son tranchant comme les flèches, les balles [des armes à feu] etc. En revanche, le gibier tué par un outil contondant [c’est-à-dire qui ne perce pas la peau, ne fait pas saigner] comme les cailloux, n’est pas licite à la consommation sauf si avant la survenue de la mort, on réussit à le sacrifier par égorgement.
  4. Que l’on prononce le nom d’Allah en disant «bismillâh» avant de jeter l’outil [servant à la chasse].
  5. Si on arrive auprès de l’animal ou de l’oiseau chassé et qu’on le trouve encore en vie, on doit obligatoirement le sacrifier en l’égorgeant.
  6. Il est interdit de chasser les animaux pour un autre but que la consommation par exemple pour le loisir et le plaisir, sans intention de les manger.