La prière du vendredi

La prière du vendredi

 Les fidèles doivent être attentifs au discours du vendredi et ne pas se laisser distraire.

Allah a prescrit le vendredi, à l’heure de la prière de midi, une prière qui constitue un des rites les plus éminents de l’islam et une des obligations les plus importantes. Durant cette occasion hebdomadaire, les musulmans se rassemblent pour écouter les exhortations et les conseils que leur prodigue l’imam du vendredi, après quoi ils s’acquittent de la şalât.

Les mérites du vendredi

Le vendredi est le jour de la semaine le plus important et le plus illustre car Allah l’a élu d’entre les jours et la privilégié sur les autres en raison de nombreuses spécificités parmi lesquelles il y a le fait que:

  • Allah a distingué la communauté de Muħammad (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) en lui octroyant ce jour de façon exclusive comme le Messager a dit : «Allah a détourné du vendredi ceux qui étaient avant nous. Les juifs eurent le samedi. Les chrétiens eurent le dimanche. Puis Allah nous fit venir (après eux) et nous guida au vendredi» (Muslim 856).
  • C’est le jour où fut créé Adam et c’est aussi en ce jour qu’aura lieu la fin du monde comme a dit le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) : «Le soleil ne s’est pas levé sur un jour meilleur que le vendredi. En ce jour fut créé Adam, en ce jour il fut mis au paradis, en ce jour il en fut expulsé et c’est un vendredi qu’aura lieu la fin du monde» (Muslim 854).

Qui est tenu d’assister à la prière du vendredi ?

La prière du vendredi est obligatoire pour ceux qui ont les caractéristiques suivantes :

  1. Être un homme car pour la femme elle n’est pas obligatoire
  2. Être responsable. En effet, elle n’est pas exigée du fou ou de l’enfant n’ayant pas atteint la majorité [c’est-à-dire la puberté].
  3. Être résident. En effet, le voyageur n’y est pas astreint, ni ceux qui habitent dans les campagnes éloignées des villes et des villages.
  4. Être en bonne santé. Elle n’est ainsi pas obligatoireau malade qui ne peut s’y rendre.

Description de la prière du vendredi et prescriptions la concernant

  1. Il est recommandé au musulman de prendre un bain rituel avant la prière du vendredi, de se rendre à la mosquée tôt, avant le début du discours, et de porter à cette occasion de beaux habits.
  2. Les musulmans se rassemblent dans la grande mosquée [jâmi`], l’imam se place devant et monte sur le minbar (la chaire) faisant face aux fidèles. Il leur délivre deux sermons séparés par une courte interruption au cours de laquelle il s’assoit. Pendant ces deux allocutions, il les incite à la piété, leur prodigue conseils et exhortations et leur lit des versets du Qur’ân.
  3. Les fidèles doivent écouter attentivement le discours. Il leur est défendu de parler ou de se laisser distraire au point de ne pas en tirer profit, fût-ce en manipulant le tapis ou en jouant avec ses doigts, ses habits, de petits cailloux ou de la terre.
  4. Ensuite l’imam descend du minbar et on proclame l’annonce du commencement de la şalât (iqâma). Il préside alors la prière en effectuant deux unités de prière (rak`a) au cours desquelles il récite le Qur’ân à voix haute.
  5. La prière du vendredi est prescrite quand il y a des gens rassemblés en nombre. Elle n’est pas requise de celui qui est seul. Celui qui l’a manquée pour une raison valable, fera, à la place, la prière de midi (żuhr) car il ne peut valablement faire seul la prière du vendredi.
  6. Celui qui arrive en retard et qui accomplit avec l’imam moins d’une rak`a, doit continuer sa şalât en tant que żuhr [c’est-à-dire en faisant quatre rak`a, non deux rak`a comme si c’était une prière du vendredi].
  7. Tous ceux qui ne sont pas tenus de faire la prière du vendredi comme la femme et le voyageur, celle-ci est acceptée d’eux s’ils la font en communauté (à la mosquée) et en conséquence, elle remplace la prière du żuhr qui n’est plus exigée d’eux.

Qui est dispensé d’assister à la prière du vendredi ?

La loi islamique insiste sur l’obligation d’assister à la prière du vendredi pour ceux qui sont concernés et a mis en garde de s’en laisser distraire par les biens matériels. En effet, Allah a dit : {Ô croyants ! Quand a lieu l’appel à la prière le vendredi, soyez prompts à aller écouter l’évocation d’Allah [le discours du vendredi] et laissez le négoce. Cela est meilleur pour vous, si vraiment vous saviez} [62:al-Jumu`a:9].

Allah a menacé de sceller le cœur de celui qui s’y absente sans raison légalement valable. Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : «Celui qui abandonne trois prières du vendredi, par laisser-aller et sans avoir d’excuse, Allah cachète son cœur» (Abû Dâwûd 1052, Aħmad 15498). Le sens de «Allah cachète son cœur» est qu’il le scelle, le couvre, l’emplit d’ignorance et de dureté comme les cœurs des hypocrites et des pécheurs.

Le motif qui excuse l’absence à la prière du vendredi est tout ce qui engendre pour toi une grande gêne de nature inhabituelle ou qui fait craindre un grand préjudice pour ta vie et ta santé.

Le travail et l’emploi continuels sont-ils une excuse pour manquer la prière du vendredi ?

{Ce qui est auprès d’Allah est bien meilleur que le divertissement et le commerce} [62:al-Jumu`a:11] 

En principe, les travaux et emplois permanents ne constituent pas une excuse pour que le musulman s’absente à la prière du vendredi car Allah nous ordonne justement de laisser nos travaux pour nous consacrer à la prière puisqu’il dit: {Ô croyants ! Quand a lieu l’appel à la prière le vendredi, soyez prompts à aller écouter l’évocation d’Allah [le discours du vendredi] et laissez le négoce. Cela est meilleur pour vous, si vraiment vous saviez} [62:al-Jumu`a:9]. Il est donc judicieux que le musulman choisisse les emplois et fonctions qui le laissent libre de s’acquitter des obligations divines même si la rémunération est moins intéressante. En effet, Allah a dit {Allah aménage une issue à qui le craint [en le délivrant de sa mauvaise situation] et le pourvoit par des voies qu’il ne soupçonne pas. Allah suffit largement à qui place sa confiance en lui} [65:aţ-Ţalâq:2 et 3].

 

Quand le travail constitue-t-il une excuse autorisant de s’absenter à la prière du vendredi ?

Le travail continuel et permanent n’est pas considéré comme une excuse permettant à la personne concernée par la prière du vendredi de s’y absenter sauf dans deux cas :

  1. Qu’il y ait dans le travail en question un intérêt capital qui n’est préservé que si la personne en question reste à ce poste et manque la prière du vendredi sachant que l’abandon de son travail engendrerait un immense préjudice et qu’il n’y a personne qui peut le remplacer à ce poste.
Exemples : :
  • Le médecin urgentiste qui traite les cas urgents et soigne les blessures demandant une intervention rapide.
  • Le garde et le policier qui surveillent les biens et les habitations des gens pour les protéger des vols et actes délictueux.
  • Celui qui est astreint à un travail de contrôle permanent dans les grandes usines et autres établissements qui exigent une surveillance et une vigilance de tous les instants.
  1. Si le travail en question est sa seule source de revenu et s’il ne possède rien d’autre que ce travail pour couvrir ses dépenses en nourriture, boisson et autres choses nécessaires pour lui et sa famille, alors il lui est permis de garder ce travail et de s’absenter à la prière du vendredi en raison de la situation de nécessité dans laquelle il se trouve, et ce jusqu’à ce qu’il trouve un autre travail ou qu’il trouve en suffisance, nourriture, boisson et autres choses indispensables, de quoi satisfaire ses besoins à lui et ceux dont il a la charge. Néanmoins, il doit continuellement poursuivre ses recherches d’un autre travail, d’un autre gagne-pain.