La prière en groupe

La prière en groupe

Allah a exigé des hommes qu’ils fassent les cinq prières en communauté. Il existe de nombreux textes qui citent la valeur et les grandes récompenses de la prière en groupe. Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : «La prière que fait l’homme en communauté surpasse de vingt-sept degrés celle de l’individu seul» (al-Bukhârî 619, Muslim 650).

Son nombre minimal de participants est qu’il y ait un imam (qui la dirige) et un fidèle (qui suit l’imam). Plus le groupe est nombreux plus, cela plait à Allah.

Ce que signifie «prendre un imam comme guide dans sa prière» [i’timâm]

Cela signifie que le fidèle lie sa prière à celle de son imam, faisant comme lui quand il s’incline et se prosterne et écoutant sa lecture. Il ne le devance pas et ne fait rien différemment de lui mais, il exécute les gestes immédiatement après son imam.

Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : «S’il y a un imam, c’est pour qu’on le suive. Quand il fait le takbîr, faites le takbîr mais ne le faites que quand lui l’a fait. Quand il s’incline, inclinez-vous mais ne le faites que quand lui l’a fait. Quand il dit «Sami`a-llâhu liman ћamidah», dites «Rabbanâ wa laka-l-ћamd». Quand il se prosterne, prosternez-vous mais ne le faites que quand lui l’a fait…» (al-Bukhârî 701, Muslim 414, Abû Dâwûd 603).

Qui choisir pour faire imam ?

On choisira prioritairement pour faire office d’imam celui qui connait le plus le livre d’Allah, ensuite celui qui est moins prioritaire et ainsi de suite comme le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : «Fera imam devant les gens, celui qui connait mieux le livre d’Allah. Si plusieurs sont égaux dans la connaissance du Qur’ân, on choisira alors celui qui connait mieux la sunna» (Muslim 673).

Où se placent l’imam et les fidèles qu’il dirige ?

Il convient que l’imam se place devant et que les fidèles se mettent derrière lui en rangs serrés. Il faut compléter prioritairement les rangs qui se trouvent devant. Si le fidèle est amené à se retrouver seul derrière le rang, il ira alors se placer à droite de l’imam [pour ne pas rester seul].

Comment compenser ce qui a été manqué de la prière faite derrière l’imam ?

Celui qui [arrivé en retard] commence sa prière derrière l’imam après en avoir manqué une première partie, prononcera préalablement le takbîr initial [«Allâhu akbar»] pour entrer en prière derrière lui, le suivra [dans ses gestes] jusqu’à ce qu’il fasse la salutation finale et complètera ensuite sa prière en s’acquittant de ce qu’il lui reste à faire. Il considérera ce qu’il a effectué avec l’imam comme étant le début de sa prière et ce qu’il a fait seul comme étant la partie finale de sa prière.

Que faut-il avoir fait pour que la rak`a (l’unité de prière) soit comptée et validée ?

On mesure la prière à l’aide d’un nombre d’unités de prière (rak`a). Celui qui arrive à temps pour être en inclinaison en même temps que l’imam est jugé s’être acquitté de toute la rak`a. Celui qui manque la position inclinée entrera tout de même en prière avec l’imam [à ce moment précis] mais les paroles et actes qui restent à faire dans la rak`a en cours (celle dont il a manqué la position inclinée) ne seront pas comptés dans le nombre de ses rak`a [car ils sont insuffisants pour valider la rak`a en cours. On en fera donc abstraction].

Exemples montrant comment compléter la prière quand on en a manqué le début avec l’imam

Si, à la prière de l’aube, on arrive à temps pour faire la deuxième rak`a avec l’imam, on doit, après que l’imam a clos sa prière par la salutation, se lever afin d’accomplir la rak`a qui manque. On ne doit donc pas faire la salutation avant de s’être acquitté de ce qui manque. En effet, on n’en a effectué qu’une seule avec l’imam alors que la prière de l’aube en comporte deux.

Si on rejoint l’imam alors que celui-ci se trouve dans la position inclinée de la troisième rak`a de la prière de midi (żuhr), on aura validé deux rak`a avec lui (qui sont alors considérées par le fidèle comme étant ses deux premières rak`a du żuhr). Quand l’imam prononce la salutation, on doit se lever et compléter ce qui manque à savoir la troisième et la quatrième rak`a parce que le żuhr est une prière qui en comporte quatre.

Si on arrive alors que l’imam est en train de prononcer son dernier tachahhud dans la prière du coucher, on devra, après la salutation de celui-ci, faire trois unités de prière complètes. En effet, comme on est entré en prière avec l’imam lors du dernier tachahhud, on n’a validé aucune rak`a du fait que la rak`a n’est comptée que si on effectue l’inclinaison avec l’imam.