Le divorce

Le divorce

 L’islam encourage vivement à ce que la relation conjugale se perpétue mais il a prévu des dispositions légales qui encadrent la démarche de séparation par divorce dans le cas où les deux époux en auraient besoin. .

L’islam incite à ce que le contrat de mariage se perpétue et que l’union conjugale perdure jusqu’à ce que la mort sépare les époux. Allah a dit du mariage que c’est «un pacte solennel» et il n’est pas permis en islam de définir [à l’avance] un temps au bout duquel le mariage prendra fin.

Cependant, tout en incitant à cela, l’islam tient compte du fait que ses prescriptions s’adressent à des êtres qui vivent sur la terre, qui ont des tempéraments et des caractères humains. Aussi, leur a-t-il donné des moyens légaux de mettre fin à ce contrat quand la vie devient impossible, que les solutions font défauts (qu’il n’y a plus d’issue) et que les tentatives de réconciliation échouent. À travers cela, l’islam fait preuve de réalisme et de justice à la fois envers l’homme et la femme. En effet, il arrive souvent qu’entre les époux, il y ait des sujets de discorde, de la répulsion et des problèmes qui font du divorce une nécessité et un moyen incontournable afin de réaliser le bien, la stabilité familiale et sociale pour chacun des deux car ce mariage ne concrétise plus le but pour lequel il a été contracté si bien que la séparation des deux époux devient un mal moins grave que continuer à rester ensemble.

Il a donc permis le divorce pour sortir d’une telle situation et pour que chaque conjoint ait un autre conjoint avec lequel il ou elle trouvera ce qu’il ou elle n’a pas trouvé avec le premier conjoint. Ainsi se réalise la parole divine suivante : {S’ils se séparent, Allah comblera de sa bienfaisance chacun d’eux. Il est large dans ses dons et sage} [4:an-Nisâ’:130].

Néanmoins, il a établi de nombreuses dispositions et lois qui le réglementent parmi lesquelles il y a :

  • Le principe est que l’initiative du divorce (l’expression de la répudiation) revient à l’homme, non à la femme.
  • Il est possible à la femme si elle ne peut pas vivre avec son époux tandis que lui refuse de divorcer, de saisir le juge pour l’obtenir. Le juge peut prononcer la séparation s’il trouve que le motif est convaincant.
  • On peut reprendre deux fois sa femme (après l’avoir répudiée) mais si on la répudie une troisième fois, on ne peut la reprendre pour épouse, pas avant qu’entretemps elle ait contracté avec quelqu’un d’autre un mariage en bonne et due forme.