Le prosternement de l’oubli

Le prosternement de l’oubli

Il consiste en deux prosternations qu’Allah a prescrites afin de réparer les manques et imperfections commis dans la şalât.

Quand est-il requis ?

Le prosternement de l’oubli est prescrit dans les situations suivantes :

  1. Quand l’homme ajoute dans sa şalât une inclinaison, une position debout, une prosternation ou une position assise à cause de l’oubli ou de l’erreur, il fait alors un prosternement de l’oubli.
  2. S’il lui manque un pilier de la şalât, il doit s’en acquitter et ajouter à la fin de sa prière un prosternement de l’oubli.
  3. S’il omet, par distraction et oubli, une des obligations de la şalât comme le 1er tachahhud, il fait alors le prosternement de l’oubli.
  4. S’il a un doute quant au nombre de rak`a accomplies dans sa şalât, il prend alors en compte ce qui est certain, à savoir le nombre inférieur, puis [après avoir complété le nombre requis] fait le prosternement de l’oubli.

Manière de faire le prosternement : On fait deux prosternations avec, entre les deux, une position assise, comme celle que l’on fait (habituellement) entre les deux prosternations (régulières) de la şalât.

Le moment du prosternement : Il existe deux moments pour accomplir le prosternement de l’oubli. On peut le faire au choix pendant l’un des deux moments suivants :

  • Avant la salutation et après le dernier tachahhud. On fait donc le prosternement puis on fait la salutation.
  • Après avoir prononcé la salutation finale qui clôt la şalât, on accomplit les deux prosternations de l’oubli puis on refait une autre salutation.