Modestie (Exemples tirés de la vie du Prophète)

Exemples tirés de la vie du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui)

Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) était l’homme ayant les qualités morales les plus sublimes

 

Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) était un modèle pour les qualités humaines les plus élevées. C’est pourquoi le Qur’ân qualifie sa conduite de sublime. Or, sa femme `Â’icha, qu’Allah soit satisfait d’elle, n’a pas trouvé de description plus précise pour définir son caractère et son comportement que ceci : «Sa conduite morale (sa manière d’agir, son comportement), c’est le Qur’ân», c’est-à-dire qu’il était un exemple vivant de la mise en pratique des enseignements coraniques et des qualités qui y sont prônées.

La modestie

  • Le messager d’Allah n’acceptait pas que quelqu’un se lève en son honneur. Il interdisait cela à ses Compagnons au point que ceux-ci, en dépit de l’amour débordant qu’ils avaient pour lui, ne se levaient pas en son honneur quand ils le voyaient venir, ceci uniquement parce qu’ils savaient qu’il détestait cela (Aħmad 12345, al-Bazzâr 6637).
  • `Adiyy ibn Ħâtim est venu (à Médine) avant d’être musulman. Il était une grande personnalité parmi les arabes et voulait connaitre la réalité du message que le Prophète apportait. `Adiyy raconte : «Je suis arrivé auprès de lui. Il y avait avec lui (qui ont cru en lui) une femme et de jeunes enfants –ou un jeune enfant…». Là, il évoqua leur degré de parenté avec le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) puis continua : «J’ai compris alors que je n’avais pas affaire au royaume [perse] de Khosrô ni à l’empire [romain] du César» (Aħmad 19381). En effet, la modestie est une qualité commune à tous les prophètes.
  • Il s’asseyait dans l’assemblée de ses Compagnons comme si c’était l’un d’entre eux. Il n’avait pas une manière de s’asseoir qui le mettait en valeur par rapport à ceux qui étaient autour de lui à tel point que quand un étranger ne le connaissant pas arrivait dans une assemblée où lui était présent, il ne pouvait le distinguer de ses Compagnons alors il demandait : «Lequel d’entre vous est Muħammad ?» (al-Bukhârî 63).
  • Anas ibn Mâlik rapporte : «C’était à peine si une simple femme esclave parmi les esclaves de Médine prenait le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) par la main et l’emmenait là où elle voulait [tant il était serviable avec tout le monde]»(al-Bukhârî 5724). Ce qu’il faut comprendre par l’expression «prendre par la main» est : la douceur, la docilité et le fait de se laisser conduire facilement par les petits et les faibles (pour quelque service à leur rendre). Ce hadith concentre en lui plusieurs tournures mettant en relief la grande modestie du Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) puisqu’il cite non un homme mais une femme [réputée plus faible] et non une femme libre mais une esclave [donc socialement inférieure] en plus de la précision disant qu’elle le conduisait là où elle voulait pour qu’il lui rende service.
  • Le Prophète (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) a dit : «N’entre pas au paradis qui a le poids d’une poussière d’orgueil en son cœur» (Muslim 91).