Quels sont les biens sur lesquels on doit prélever la zakat ?

Quels sont les biens sur lesquels on doit prélever la zakat ?

La zakat n’est pas due sur ce que détient l’homme et dont il fait un usage immédiat comme la maison qu’il habite, quelque élevé que soit son prix. Elle n’est pas due non plus sur sa voiture qu’il utilise à titre personnel même si celle-ci est prestigieuse et ainsi de suite pour ses habits, sa nourriture et ses boissons. Mais, Allah a exigé la zakat sur un certains types de biens qui ont comme caractéristique qu’ils ne sont pas détenus pour répondre au besoin d’en faire usage et qui de par leur nature fructifient et augmentent, à l’exemple de ce qui suit :

  1. L’or et l’argent qui ne sont pas portés et utilisés comme bijoux pour s’embellir

On ne doit en donner une partie en zakat que si le seuil légal appelé «nişâb» [seuil pour l’exigibilité de la zakat] est atteint et que si ce seuil est possédé pendant au moins une année lunaire dont la durée est de 354 jours.
Le «nişâb» concernant ces deux métaux est le suivant :
L’or : environ 85 grammes.
L’argent : 595 grammes.
Si le musulman possède cette quantité, il doit après un an, en prélever une proportion de 2,5%.

  1. Les espèces et liquidités, de quelque type que ce soit, qu’elles soient directement disponibles ou déposées en banque

Pour prélever la zakat qui y est due, on détermine si le seuil légal (nişâb) de ces espèces est atteint en comparant leur valeur à celle du seuil légal de l’or. Si cette valeur est égale ou supérieure au nişâb de l’or c’est-à-dire environ 85 g. estimés [en espèces] au moment de prélever la zakat soit une année lunaire depuis la possession de cette somme, alors on en donne 2,5%. Exemple :
Le prix de l’or est variable. En supposant que le prix du gramme d’or au moment de donner la zakat est de 25 $, alors le nişâb des espèces vaudra :
25 (nombre variable représentant le prix du gramme d’or) x 85 (nombre fixe de grammes) = 2125 $ (qui est le nişâb de la monnaie).

  1. Les marchandises [`urûđ at-tijâra]

Le terme désigne tout ce qui est destiné au commerce que ce soit des biens fonciers comme les terrains, les constructions et les bâtiments ou des biens meubles comme les produits alimentaires et de consommation.
Façon d’en prélever la zakat : Quand une année est passée depuis qu’on les détient, on additionne la valeur de toutes les marchandises destinées au commerce en prenant en compte leur valeur du marché le jour où on doit donner la zakat. Quand cette valeur additionnée atteint la valeur du nişâb des espèces, on en donne 2,5%.

 

  1. Les produits de la terre comme les céréales, les fruits et les grains

et les grains :
Allah a dit : {Ô croyants ! Dépensez des bonnes choses que vous avez acquises et de ce que nous avons, pour vous, fait pousser de la terre} [2:al-Baqara:267].
La zakat n’est due que sur certains produits cultivés spécifiques et ne les concerne donc pas tous, ceci à condition qu’ils atteignent une quantité précise déterminée par la loi religieuse.
Pour déterminer la part à donner en zakat, on établit aussi une distinction entre ce qui a été irrigué naturellement par les pluies et les rivières et ce qui a exigé des frais et des efforts d’irrigation, ceci afin de tenir compte de la situation des gens.

  1. Le cheptel composé de bovins, de chameaux, d’ovins ou de caprins

Ils ne sont concernés par la zakat que s’ils paissent dans les pâturages sans que cela n’exige de leur propriétaire d’acheter leur fourrage et leur nourriture. Mais si toute l’année ou la plupart du temps, il doit leur ramener à manger, il n’est alors pas assujetti à la zakat. Le nişâb concernant ces animaux et la part qui doit en être prélevée au titre de la zakat demandent un développement que l’on consultera dans les références de fiqh.